Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 17:57

La Hongrie qui assurera pour 6 mois à partir du 1er janvier 2011 la présidence de l’UE (Union Européenne), subit très fortement les conséquences d’une crise financière qui n’en finit pas. Pourtant pas si éloignée des objectifs de Maastricht en matière de déficit (3,8 % en 2008), la Hongrie devient le premier pays de l’Union européenne à obtenir un soutien financier de la Troïka FMI, UE et Banque mondiale.

 

fmi.png


En octobre 2008, un plan de 20 milliards d’euros est décidé pour la Hongrie : 12,3 milliards d’euros sont prêtés par le FMI ; 6,5 par l’Union européenne et 1 par la Banque mondiale. Le stock de la dette s’accroit mécaniquement. Outre la perte sèche en paiement des intérêts qui alourdit le déficit, les conditions sont sévères pour la population : hausse de 5 points de la TVA, aujourd’hui à 25 % ; âge légal de départ à la retraite porté à 65 ans ; gel des salaires des fonctionnaires pour deux ans ; suppression du treizième mois des retraités ; baisses des aides publiques à l’agriculture et aux transports publics…

L’extrême droite entre au Parlement

La Hongrie, auparavant gouvernée par les sociaux-démocrates, avait réussi à sauvegarder un système social relativement protecteur, mais l’application, sur injonction du FMI, de telles mesures d’austérité a mécontenté la population et bénéficié à la droite conservatrice qui a remporté les élections législatives d’avril 2010. Pourtant, la victoire du nouveau premier ministre conservateur, Viktor Orban, est aussitôt saluée par l’agence de notation Fitch Ratings qui estime que son parti, le Fidesz, obtenant la majorité nécessaire pour modifier la Constitution, « représente une opportunité pour introduire des réformes structurelles » |1|. Les sociaux-démocrates ont ainsi connu une défaite historique et ont ouvert un boulevard à l’extrême-droite (Jobbik) qui est entrée au Parlement pour la première fois avec un score de 16,6 %.

A peine arrivé à la tête de l’Etat, le gouvernement lance des déclarations alarmistes sur la situation financière du pays évoquant une sous-estimation des comptes par l’exécutif précédent ramenant le déficit à 7,5 % du PIB, bien plus que les 3,8 % escomptés par le FMI. Coup de bluff ou falsification de comptes ? Le lendemain 5 juin 2010, un vent de panique fait chuter les Bourses de Londres, Paris, Budapest…et l’euro se déprécie dans la crainte de difficultés semblable à celles de la Grèce. Le gouvernement sous pression tente alors de se reprendre et multiplie les communiqués pour calmer tant bien que mal les spéculateurs survoltés.

Taxer le capital ou le travail ?

Pour réduire son déficit à 3,8% du PIB en 2010 comme le réclame le FMI et l’UE, le gouvernement prépare l’instauration d’une taxe temporaire sur l’ensemble du secteur financier, qui permettrait de prélever 0,45% de l’actif net des banques (calculée non pas sur les bénéfices, mais sur le chiffre d’affaires), de taxer à hauteur de 5,2% les revenus des compagnies d’assurance et de 5,6 % pour les autres entités financières (bourse, agents financiers, gérants de fonds d’investissement…). La Hongrie surenchérit ainsi sur Obama qui a timidement évoqué une taxe de seulement 0,15 % sur les banques. Mais cette mesure qui devrait rapporter environ 650 millions d’euros de recettes annuelles pendant deux ans (en 2010 et 2011), soit environ 0,8 % du PIB selon le gouvernement, ne plait pas aux banques : celles-ci font pression et menacent de retirer leurs investissements en Hongrie. Quand au FMI, il stoppe toute négociation et menace de fermer le robinet du crédit accordé en 2008. Le plan devant initialement expirer en mars 2010 avait pourtant été prolongé jusqu’à octobre de la même année.

C’est bien évidemment le projet de taxe sur le secteur financier, véritable pomme de discorde entre le FMI et la Hongrie, qui bloque la poursuite du prêt. Le Fonds estime que le pays doit prendre des mesures en adéquation avec le dogme néolibéral en cours : entendez par là taxer les pauvres avant de taxer les banques : certes, les pauvres ont peu d’argent mais il y a beaucoup de pauvres… N’auriez vous pas remarqué le cynisme à l’œuvre ?

De plus, le projet de plafonnement des rémunérations dans la fonction publique, salaire du gouverneur de la banque centrale compris, est tout à fait aux antipodes des recommandations du Fonds qui préfère un nivellement par le bas en réduisant ou gelant les salaires comme en Grèce ou en Roumanie par exemple. Attention à ne pas se faire d’illusion pour autant de la part d’un parti au pouvoir qui avait déjà favorisé la pénétration du néolibéralisme dans les années 1990…

« C’est soit la taxe bancaire, soit l’austérité »

Christoph Rosenberg, qui conduisait la délégation du FMI en Hongrie, a indiqué que l’organisation internationale souhaitait obtenir davantage de précisions sur le budget de l’année prochaine : « Lorsque nous viendrons la prochaine fois, à moins que nous ne venions la semaine prochaine, le gouvernement aura logiquement avancé sur le budget 2011 et ce sera un budget très important », a-t-il dit |2|. Une fois de plus le FMI s’apprête à revoir la copie du gouvernement et intervenir directement dans l’élaboration du budget hongrois au dépend de toute souveraineté. En attendant, le FMI estime que le pays va devoir prendre « des mesures supplémentaires » d’austérité pour parvenir aux objectifs de déficit qu’il a lui-même fixé. De son côté, le ministre de l’Economie Gyorgy Matolcsy déclare lors d’un entretien : « Nous avons dit que nous ne pouvions pas mettre en place de nouvelles mesures de rigueur [...]. Cela fait cinq ans que nous appliquons des mesures d’austérité, c’est pourquoi nous en sommes là ». « Nous allons imposer la taxe bancaire, nous savons que c’est un lourd fardeau supplémentaire, mais nous savons également que nous pouvons atteindre (l’objectif) d’un déficit de 3,8% », « C’est soit la taxe bancaire, soit l’austérité », a-t-il par ailleurs ajouté |3|. Afin de se protéger d’une extrême droite en pleine ascension lors des prochaines élections municipales début octobre, la droite conservatrice au pouvoir veut éviter des mesures trop impopulaires et rejette toute poursuite de négociation avec le Fonds.

Rupture consommée entre la Hongrie et le FMI ?

Le 17 juillet le FMI suspend la négociation et par voie de conséquence, le versement de nouvelles tranches. Dans un premier temps, la sanction des marchés ne s’est pas fait attendre et la monnaie nationale, le forint reculait d’environ 2,4% à l’ouverture, tandis que la Bourse perdait plus de 4%. Le premier ministre, Viktor Orban, monte au créneau et réussit à calmer les spéculations en remerciant le FMI pour son « aide de trois ans » tout en indiquant que « l’accord sur le prêt expirait en octobre, et qu’il n’y avait donc rien à suspendre. ». « Les banques étaient à l’origine de la crise mondiale, il est normal qu’elles contribuent au rétablissement » de la situation, a-t-il souligné |4|.

La nouvelle loi sur la taxe financière qui prévoit par ailleurs une réduction de l’impôt sur les petites et moyennes entreprises (PME) de 16 à 10 %, est approuvée haut la main (301 votes en faveur et seulement 12 contre) le 22 juillet par le Parlement dominé par le Fidesz de M. Orban. Sans surprise, dès le lendemain, les agences de notation financière Moody’s et Standard and Poor’s placent la note de la dette souveraine hongroise sous surveillance avec un possible abaissement à la clé. Le rôle de ces agences, juges et parties d’un système spéculatif mortifère, est résumé en peu de temps : on améliore la note lors de l’accession du gouvernement conservateur au pouvoir en l’estimant sur la voie de l’austérité capitaliste et quand on se rend compte que les mesures prennent un chemin divergeant du dogme néolibéral, on s’apprête à l’abaisser.

Le journal “Le Monde” soutient les créanciers

Contrairement aux dire du journal français Le Monde |5| dans son édition du 20 juillet, il faut soutenir l’insoumission affichée du gouvernement hongrois envers le FMI et défendre l’idée qu’il en fasse de même avec son autre créancier, l’Union européenne. Prendre ses distances envers ces créanciers ne constitue en rien une insulte envers le peuple hongrois qui devra in fine rembourser une dette dont les conditions imposées par le FMI et l’UE sont déjà un lourd fardeau pour la population.

Bien sûr, il faut aller au-delà d’une simple rupture diplomatique en proposant par exemple un front de pays unis contre le paiement de la dette, car comme l’a si bien dit Sankara, ancien président du Burkina Faso, quelques mois avant d’être assassiné : « La dette ne peut pas être remboursée parce que d’abord si nous ne payons pas, nos bailleurs de fonds ne mourront pas. Soyons-en sûrs. Par contre si nous payons, c’est nous qui allons mourir. Soyons-en sûrs également. (…) Si le Burkina Faso tout seul refuse de payer la dette, je ne serais pas là à la prochaine conférence. Par contre, avec le soutien de tous, dont j’ai besoin, (applaudissements) avec le soutien de tous, nous pourrons éviter de payer. Et en évitant de payer nous pourrons consacrer nos maigres ressources à notre développement. » |6| Seule une mobilisation populaire réclamant la vérité sur la destination des sommes empruntées au même titre que la satisfaction des revendications en termes de salaires, emplois ou protection sociale permettra de faire payer le coût de la crise aux véritables responsables de celles–ci.

C’est pourquoi il est primordial pour les peuples d’Europe et d’ailleurs, d’auditer ces dettes entachées d’illégalités pour en répudier le paiement. C’est un premier pas vers la souveraineté qui permettrait d’envoyer les énormes fonds dédiés au remboursement de la dette vers les véritables besoins des populations en matière de santé, d’éducation ou de pensions de retraite, de sauvegarder leurs services publics plutôt que de les offrir aux entreprises privées.

Jérôme Duval, pour le CADTM

Notes :

1. Le Figaro du 26 avril 2010

2. Nouvel Obs du 18 juillet 2010

3. Dépêche Reuters du 19 juillet 2010

4. Le Monde du 19 juillet 2010

5. Discours de Thomas SANKARA à Addis-Abeba, le 29 Juillet 1987, quelques mois avant sa mort.

Repost 0
Published by preparez.vous.over-blog.com - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article
17 août 2010 2 17 /08 /août /2010 17:52

Tout se passe comme si, à l’abri d’un écran protecteur, aussi invisible qu’impénétrable, des évènements considérables se produisent, dont on ne parviendrait à saisir, à l’extérieur, que des fragments en ordre dispersés, inintelligibles parce que leur terrifiante cohérence intérieure se trouve occultée, rigoureusement maintenue en dehors de toute attention étrangère au secret central des choses qui s’y font et s’y défont et qui décident du sort de ce monde dans une obscurité extrême.

 

espoir1.png

Quel pourrait-être, en cette occurrence, le secret central qui promeut tout cet ensemble ? C’est la question à laquelle tente de répondre la vidéo que nous plaçons en fin d’article.

Vers la fin du document, le général de Gaulle parle d’une « Europe de la solidarité ». Nous en sommes bien loin. En 1949, de Gaulle, avait d’avance tout dit : « Il faut faire l’Europe avec pour base un accord entre Français et Allemand. Un fois l’Europe faite sur ces bases, alors on pourra se tourner vers la Russie. Alors on pourra essayer, une bonne fois pour toute, de faire l’Europe toute entière avec la Russie, dut-elle changer son régime. » La Russie a bien changé de régime, mais l’Europe a été infiltrée à son plus haut niveau décisionnel par les États-Unis et leur concept mortifère de mondialisme.

Ce qu’ils veulent aujourd’hui, c’est nous mener, par la guerre civile, au chaos destructeur final. Ce sera leur dernière carte pour imposer ensuite, à un monde terrifié et affamé, leur nouvel ordre, sans qu’aucune résistance ne puisse contrarier leurs plans. Une société reconfigurée pour le seul intérêt d’une oligarchie financière occulte, qui ne manquera pas de manipuler les catastrophes naturelles ou les attaques terroristes à grande échelle comme « outil de contrôle des populations » (1).

Cette conspiration mondialiste, ces séides du non-être, peuvent très certainement prétendre, à l’heure actuelle, d’être en état de tout verrouiller, de neutraliser toute velléité de résistance – cette prétention se trouvant posée dans les termes mêmes de la dialectique offensive de ses propres intérêts d’ensemble, de ses propres desseins, désormais à découvert, de domination planétaire. En fait, la conspiration mondialiste s’y croit déjà.

Peut-être commandent-ils en effets aux effets circonstanciels de l’histoire visible. Mais l’histoire n’est absolument pas la somme des circonstances : au contraire, c’est l’histoire qui décide, invente et impose irrationnellement les circonstances de sa propre marche en avant. Nous autres, comme l’écrit Jean Parvulesco, « nous commandons aux causes parce que ce sont les causes qui nous commandent directement.  Les causes invisibles, abyssales, eschatologiques et providentielles, les causes premières. » A la terreur de la raison mondialiste totalitaire, nous opposerons la ligne de front de l’irrationalité de l’histoire elle-même.

Aussi, pour conclure, provisoirement, il nous faut citer, ici, les lignes si extraordinairement prémonitoires des Mémoires du général de Gaulle écrivant, inspiré sans doute par ce qu’il appelait lui même le génie du renouveau : « Le destin est donc scellé ? Est-ce pour toujours, la victoire de la mort ? Non ! Déjà, sous mon sol inerte, je pressens le merveilleux de la lumière et de la vie ».

Frédéric Courvoisier, pour Mecanopolis



Repost 0
Published by preparez.vous.over-blog.com - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article
5 août 2010 4 05 /08 /août /2010 05:19

slavery-tm1.jpg

Nouvelle série signé Bushwack Productions du Wake up Project : « Slavery by Consent » (l’esclavagisme par le consentement). Comme la série précédente, Slavery by Consent traîte de l’éveil des pensées afin de sortir des conditions de l’esclave moderne…

 

L’OUVERTURE :

 

 

INTRODUCTION :

 

 

ALL « CAPITAL » :

 

 

THE SIN :

 

 

L’USURE :

 

 

CORPORATION :

 

 

PHASE 3 :

Repost 0
Published by preparez.vous.over-blog.com - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 21:14

qui dirige la france

« La France ne le sait pas mais nous sommes en guerre avec l'Amérique (...) » François Mitterrand.

Cette

conférence de François ASSELINEAU, diplômé d’HEC et sorti vice-major de l’ENA en 1985, nous traduit par preuves historique la perte de notre indépendance politique au profit de la politique impériale état-unienne.

La stratégie américaine employé depuis 1812 pour l'assimilation du canada, est utilisé depuis 50 ans pour l'union européenne par les américains et les agents américains, cette stratégie est d'empêcher tout débat. On a pu constaté qu'aucun débat sérieux n'a eu lieu sur le sujet par exemple lors des élections présidentielles.

Par la suite, on comprend pourquoi les États unis mette cette stratégie en place, pourquoi ils sont pro union européenne et quels sont les mécanismes qui mènent à la domination Américaine.

 

Repost 0
Published by preparez.vous.over-blog.com - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article
3 août 2010 2 03 /08 /août /2010 11:31

Une étude de la Fondation Rockefeller, publiée en mai dernier, promet une «Décennie du malheur ». Au programme : catastrophes naturelles, attaques terroristes, systèmes économiques incontrôlables et surveillance électronique généralisée. Projection d’un futur cauchemardesque qui décrit une dictature mondiale étroitement contrôlée par l’élite mondiale et leurs serviteurs et bénéficiaires : les multimillionnaires. Ce rapport, que nous plaçons en fin d’article, intitulé « Scénarios pour l’avenir de la technologie et le développement global », prédit quatre grandes lignes et possibles scénarios pour un avenir à court et moyen terme.

rockefeller.png
Un de ces possibles scénarios, intitulé « Hack Attack » (attaque de hackers) décrite une technologie diabolisée, une arme informatique criminelle qui règne dans un monde où la civilisation s’est effondrée.

Des événements dévastateurs comme le 11 septembre, le tsunami en Asie du Sud en 2004, ou le tremblement de terre en Haïti en 2010, ont préparé les mentalités à des catastrophes inattendues, mais certainement pas à une succession sans relâche de catastrophes encore plus considérables.

Dans ce document, les années 2010 à 2020 sont qualifiées de « décennie du malheur » pour les raisons suivantes: des bombardements en 2012 tuèrent quelques 13.000 personnes, suivis de près par un tremblement de terre en Indonésie qui provoqua la mort de 40.000 autres, puis un gigantesque tsunami qui balaye pratiquement la totalité du Nicaragua, enfin une sécheresse liée au changement climatique provoque une famine sans précédant en Chine occidentale.

L’étude d’écrit également les nations perdant le contrôle de leurs finances publiques et une incapacité à gérer l’ordre et la stabilité provoquant toujours plus de violence de criminalité et de troubles au sein de la société.

Vers 2030, il n’y aura plus de distinction entre «pays développés» et «pays en voie de développement».

Cependant  l’étude affirme que la prospérité de l’élite mondiale et des plus nantis sera assurée : « La différence entre les nantis et les plus défavorisés sera de plus en plus grande. Les plus riches auront encore les moyens financiers de se protéger. Les quartiers privés et sécurisés fleuriront partout dans le monde. Ce seront des sortes d’îlots entourés de bidonvilles. (…) En 2025, il sera de rigueur non pas de construire une maison, mais bien une forteresse avec de hauts murs et protégée par du personnel armé provenant d’entreprises de sécurité privées ».

A propos d’Internet, le rapport indique que «la technologie des pirates de l’informatique sera chaque fois plus complexe et développée». Les escroqueries sur Internet et la vente pyramidale seront un fléau. Les pirates informatiques les plus performants tenteront de détruire les sociétés, les gouvernements et les systèmes bancaires, par l’intermédiaire du Fishing et du vol de bases de données informatisées, rançonnant ainsi leurs victimes.

Les gouvernements ne pourront plus surveiller, identifier ou restreindre ces activités illégales, indique le rapport, d’où la nécessité de mettre en œuvre un système de sécurité hautement sophistiqué afin de contrôler les intégrants du réseau ainsi que leurs activités à l’extérieur du dit réseau (Internet).

Les technologies de vérification de l’identité deviendront une routine de la vie quotidienne. Une base de données d’enregistrements de rétines, volée par des pirates en 2017, sera utilisée pour créer de nombreuses fausses identités dans le milieu des années 2020.

Tandis que la technologie Internet est diabolisée dans ce scénario d’anticipation, l’étude de la Fondation Rockefeller prévoit également une explosion sur le marché noir de récoltes d’aliments produits à partir d’OGM, appelés ici et pour l’occasion «progressistes», par les masses populaires décimées et appauvries.

L’étude détaille aussi la présence de réseaux criminels très bien organisés produisant grâce à un système d’ingénierie inverse de produits initialement « légaux », tout type de produits extrêmement dangereux comme la fabrication de pseudos vaccins qui occasionneront par exemples en 2021 la mort de 600 enfants par l’intermédiaire d’un « vaccin » falsifié contre l’hépatite B, qui tout compte fait ne sera finalement que peu de chose en comparaison d’une gigantesque hécatombe due à un médicament frelaté qui devait supposément agir contre le paludisme…

Détail intéressant, le rapport de la Fondation Rockefeller mentionne le « fearmongering » (propagande de la peur) à propos du changement climatique et des catastrophes naturelles ainsi que les attaques terroristes à grande échelle comme « outil de contrôle des populations ».

Antoine de Decaen, pour Mecanopolis

 

Télécharger le rapport de la fondation Rockefeller au format PDF

GBN&Rockefeller Scenarios.technology&Development

Repost 0
Published by preparez.vous.over-blog.com - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article
25 juillet 2010 7 25 /07 /juillet /2010 20:30

34448 1444653608911 1610257168 1112657 5224899 n

Comment ne pas rapprocher les évènements actuels avec le plan Pike pour l’instauration du Nouvel Ordre Mondial en trois guerres planétaires.


Albert Pike est considéré comme un génie, né en 1809 à Boston, il a étudié à Harvard, et il était connu pour parler 16 langues. Tour à tour poète, philosophe, pionnier, militaire, humanitaire, philanthrope et aussi 33e degré maçon (le plus haut degré de maçonnerie), il fut l’un des pères fondateurs, et la tête du Rite Écossais Ancien Accepté de la franc-maçonnerie, qui est le Grand Commandeur du Nord Franc-Maçonnerie américaine de 1859 et conserve ce poste jusqu’à sa mort en 1891. En 1869, il a été haut dirigeant dans les Chevaliers du Ku Klux Klan.
Il est recruté par Giuseppe Mazzini, chef des opérations des Illuminatis, pour imposer la secte aux USA. Très vite Pike fut emballé par l’idée d’un gouvernement mondial. Il écrivit un plan de réalisation en trois étapes, sous forme de prédictions pour instaurer son projet totalitaire et occulte. Ce document écrit par Pike à Mazzini le 15 aout 1871 est toujours nié de nos jours, mais de nombreux auteurs y font référence à travers les âges. Il convient donc d’en étudier les trois points :

« La Première Guerre mondiale doit permettre aux Illuminatis de renverser le pouvoir des tsars en Russie et de faire de ce pays une forteresse du communisme athée. Les divergences causées par l’agentur » (agents) des Illuminatis entre les Empires Britanniques et Germaniques sera utilisée pour fomenter cette guerre. A la fin de la guerre, le communisme sera construit et utilisé pour détruire les autres gouvernements et dans le but d’affaiblir les religions. »

« La Seconde Guerre mondiale doit être fomentée en profitant des différences entre les fascistes et les sionistes politiques. Cette guerre doit être réalisée de telle sorte que le nazisme soit détruit et que le sionisme politique soit assez fort pour instaurer un Etat souverain d’Israël en Palestine . Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le communisme international doit devenir assez fort afin d’équilibrer la chrétienté, qui serait alors contenue et tenue en échec jusqu’au moment où nous en aurions besoin pour le cataclysme social final »

« La troisième guerre mondiale doit être fomentée en profitant des différences causées par l’agentur » des « Illuminatis » entre les Sionistes politiques et les dirigeants du monde islamique. La guerre doit être menée de telle manière que l’islam (les musulmans Monde Arabe) et le sionisme politique (l’État d’Israël) se détruisent mutuellement. Pendant ce temps les autres nations, une fois de plus divisées sur cette question, seront contraintes de se battre jusqu’à épuisement complet, physique, moral, spirituel et économique … »

« Nous allons libérer les nihilistes et les athés, et nous allons provoquer un formidable cataclysme social qui, dans toute son horreur montrera clairement aux nations l’effet de l’athéisme absolu, origine de la sauvagerie et de la tourmente la plus sanglante. Alors, partout, les citoyens, seront obligés de se défendre eux-mêmes contre une minorité de révolutionnaires dans le monde, d’exterminer ces destructeurs de la civilisation, et les masses déçues par la chrétienté dont les esprit déistes seront à partir de ce moment sans boussole, à la recherche d’un idéal, sans savoir vers quoi tourner leur adoration, recevront la vraie lumière grâce à la manifestation universelle de la pure doctrine de Lucifer, enfin révélée aux yeux de tous, manifestation qui suivra la destruction de la chrétienté et de l’athéisme, simultanément soumis et exterminés en même temps. »

Ordo Ab Chao

Nous retrouvons le thème classique des Illuminatis « Ordo ab Chao » qui signifie crée l’ordre (un ordre nouveau) à partir du chaos. Se servir des élèments pour faire progresser sa cause et mieux encore, les créer de toute pièce pour manipuler l’avenir.

Même si les aspects mystiques échappent à l’esprit du 21 e siècle, le principe est tout à fait cohérent. Les Illuminatis se sont appuyés sur les travaux d’Hegel (1770-1831; contemporain d’Adam Weishaupt, fondateur des Illuminés de Bavière). Selon le philosophe Hegel, les sociétés fonctionnent sur le principe de la « thèse » et de l’ »antithèse », le gouvernement et l’opposition. De ce conflit d’idées résulte en un compromis qui fait que chaque partie adopte certains aspects de l’autre formant un espèce d’hybride appelé « synthèse ». Le but étant de gérer ce conflit permanent et sans vainqueur, car selon Hegel : « le conflit aboutit au changement et le conflit planifié aboutit au changement planifié »

Nous rertouvons donc cette philosophie dans le plan de Pike, avec toujours cette logique de thèse et antithèse. Mais le changement planifié voulu par la secte poursuit un autre but : celui de cheminer lentement vers un Nouvel Ordre Mondial régit par un gouvernement unique.

On peut également observer que la SDN (Societé des nations) fut crée en réaction à la boucherie de la première guerre mondiale. L’ONU, son grand frère, à la fin de la seconde guerre mondiale. Plus recemment, on parle de gouvernement mondial pour répondre aux crises financières mondialisées, aux pandémies et aux changements climatiques. Toutes ces menaces mondialistes, mondialisées, sans frontières qui nécéssitent l’instauration d’un gourvernement mondial ou d’une autorité mondiale.

Ordo Ab Chao, c’est en fin de compte la traduction latine du « pompier pyromane », allumer un feu pour ensuite prétendre être le seul à pouvoir l’éteindre.

Repost 0
Published by preparez.vous.over-blog.com - dans Nouvel Ordre Mondial
commenter cet article

header article tmpphpLAiD9b

 

     "La lutte politique qui aboutit à la victoire d'un candidat, avec, par exemple 51% de l'ensemble des voix des électeurs, conduit à un système dictatorial, mais sous un déguisement démocratique. En effet, 49% des électeurs sont gouvernés par un système qu'ils n'ont pas choisi, et qui, au contraire, leur a été imposé. Et cela c'est la dictature. Cette lutte politique peut aussi aboutir à la victoire d'un appareil ne représentant que la minorité, notamment lorsque les voix des électeurs se répartissent sur un ensemble de candidats dont l'un obtient plus de voix que chacun des autres considéré à part. Mais si l'on additionnait les voix obtenues par les « battus », cela donnerait une large majorité. Malgré cela, c'est celui qui a le moins de voix qui est proclamé vainqueur, et son succès est considéré comme égal et démocratique ! Mais en réalité il s'instaure une dictature sous des apparences démocratiques. Voilà la vérité sur les régimes politiques qui dominent le monde actuel. Leur falsification de la vraie démocratie apparaît clairement: ce sont des régimes dictatoriaux."   Mouammar KADHAFI

. "La démocratie directe, quand elle est mise en pratique, est indiscutablement et incontestablement la méthode idéale de gouvernement. Comme une nation, quelle que soit sa population, ne peut être rassemblée pour discuter, étudier et décider de sa politique, les sociétés sont détournées de la démocratie directe, qui est demeurée une idée utopique éloignée de la réalité. Elle a été remplacée par de nombreuses théories de gouvernement, telles que les assemblées parlementaires, les coalitions de partis, les référendums. Toutes ont conduit à isoler le peuple de l'activité politique, à usurper sa souveraineté, et à confisquer son pouvoir au profit d' « appareils de gouvernement » successifs et en conflit, qu'ils soient individu, classe, secte, tribu, Parlement ou parti."  Mouammar KADHAFI

. "La propriété pourrait bien changer de mains, le résultat serait le même: le travailleur demeure un salarié tant qu'il n'a pas été rétabli dans son droit sur sa propre production, et que celle-ci continue à être détournée au profit de la "collectivité" ou de l'employeur.La solution finale à ce problème consiste à abolir le salariat, par la libération de l'homme de l'asservissement dans lequel celui-ci le maintient." (Mouammar KADHAFI)

. "LE LOGEMENT est une nécessité pour l'homme et sa famille. Il ne doit appartenir à personne d'autre qu'à lui. Un homme n'est pas libre quand il habite une maison louée. En matière de logement, la politique suivie par les Etats a consisté à réglementer la location en bloquant ou en augmentant les loyers. La seule solution radicale et définitive est l'accession à la propriété. Dans la société socialiste, nul ne peut être maître des besoins de l'homme. Personne ne peut dans cette société, bâtir un logement autre que pour lui-même et ses héritiers. La maison de l'individu étant un de ses besoins fondamentaux, nul ne peut construire dans le but de louer."  Mouammar KADHAFI

Recherche

Liens